Salut à tous !!

Cette année, nous avons mis le cap sur le Marais Poitevin pour nos vacances familiales. J’ai emmené avec moi une canne, quelques leurres et le float tube, le camping dans lequel nous sommes hébergés se trouvant le long de la Sèvre Niortaise à Coulon, entre l’écluse de la Sotterie et celle du Marais Pin. Après renseignements sur le site internet de la Fédération de pêche des Deux Sèvres, ce parcours, dénommé « parcours Henri Limouzin« , est en no-kill sur le black bass et des mesures de gestion sur cette espèce sont mises en place à cet endroit.

MGGT6655

La pêche de ce poisson, très peu présent dans mon département qu’est le Finistère, est très appréciée dans d’autres coins de la France, ainsi qu’en Asie et aux Amériques ! L’achigan à grande bouche (Micropterus salmoïdes), appelé black bass, est originaire d’Amérique du Nord et a été introduit en Europe à la fin du 19è siècle, essentiellement pour la pêche de loisir. Son nom commun canadien, dérivé de la langue algonquinne « At-Chi-Gane », signifie « celui qui se bat »… Pas besoin de traduire !!! 🙂 🙂 🙂 Le black bass est un poisson thermophile, il apprécie les eaux chaudes, stagnantes, ou très lentes. Le Marais Poitevin est donc un milieu qui lui convient. Il se poste sur les bordures, dans les embâcles, ou à l’ombre des frondaisons principalement. Lorsqu’il fait vraiment chaud, les gros sujets se trouveront plutôt en profondeur dans les branches. J’ai vu vraiment beaucoup de petits bass ( < 30 cms ) postés près des berges. Les plus jolis sujets étaient plutôt en déplacement, seuls ou en petits groupes de 3 à 4 individus. La barre mythique est de 50 cm en France (comme le mètre pour le brochet, 70 cms pour le bar….), mais certains sujets peuvent dépasser les 70 cms pour plus de 10 kg en Amérique, ou au Japon….

PIEL9049

Je me rends dans le magasin Natura Chasse Pêche à Bessines afin de bénéficier de quelques conseils sur la pêche du bass et éventuellement prendre quelques leurres. J’ai bien fait, puisque le vendeur a été très à l’écoute et m’a vraiment guidé sur la pêche de ce poisson. Concernant le matériel et surtout les leurres, on a tous une ou plusieurs pochettes de craw ou de worm qu’on a acheté dans des bacs de promo, ou pour un « au cas où »… C’est mon cas… 🙂 🙂 🙂

AYUH2733

Afin de ne pas déranger nos activités famille, j’ai commencé par faire des coups du matin, de 6h30 à 8h30. J’avoue que je suis un peu passé pour une tortue géante avec mon float tube sur le dos quand je traversais le camping… 🙂 🙂 🙂

CXVD0719

J’ai monté une craw (imitation d’écrevisse) en weightless, et j’ai commencé à peigner les bordures, les quelques nénuphars présents, les herbes aquatiques. Je réussirai a faire quelques black bass de taille modeste, un seul sortant du lot et atteignant les 40 cms. Ma technique était simple : le leurre ayant touché l’eau, je laissais couler, puis une fois au fond, une à deux tirées souples, puis je laissais redescendre, et ainsi de suite. En plus des poissons pris, j’en ai vu quelques uns suivre, puis faire demi tour. J’ai commencé à me poser des questions sur l’animation, ou tout simplement sur le leurre… Les black bass que j’ai pris ont tous saisi mon leurre à la tombée dans l’eau ou lors de la première descente du leurre. Dès que j’animais doucement le leurre, plus de touches, seulement des poissons suiveurs…. Il y a certainement une amélioration à trouver.  Il faut dire que tous les jours j’ai vu des pêcheurs sur ce parcours, beaucoup de jeunes, surtout l’après midi et le soir, et bon nombre d’entre eux pêchaient avec une craw ou autre créature ressemblante.

FGCV2813

J’ai quand même craqué à un moment…. J’aperçois une chasse un peu insistante sous un arbre le long de la berge, des petits alevins en panique sautent hors de d’eau… Ni une ni deux, j’ai toujours une tête plombée profyler Astufish qui traîne dans ma boîte, je passe un petit shad deux pouces blanc et le lance dans la zone… Cartouche à la descente, ferrage, c’est dedans, c’est joli (je pêche avec une canne Megabass F0 68 XS Ambitious, puissance 0,1 / 4,7 gr), et ce sera un sandre d’environ 55 cms qui arrivera dans l’épuisette… Toujours bon à prendre, même si ce n’est pas l’objectif de la semaine !!!

GYVO4544

FAFJ0913

CQOU3581

En milieu de semaine, alors que j’arrive au petit matin en bord de Sèvre à la sortie du camping pour mettre le float tube à l’eau, trois pêcheurs se préparent, en float également. Je vais à leur rencontre et entame la discussion. Il sont belges, ont roulé toute la nuit et viennent d’arriver. Ils sont présents trois jours et leur objectif est de pêcher le black bass, un poisson que l’un d’entre comprend très bien, Fabrice, il connaît cette pêche et a participé à de nombreuses compétitions black bass. Je lui exlique mes pêches du début de semaine, ce que j’ai remarqué, mes intuitions, et il me conseille d’essayer des worms en weightless, et de ne surtout pas les animer lors de la première descente…. Tiens, j’avais remarqué que les touches eues et les poissons pris auparavant l’ont été sans animation de ma part…. On échange quelques leurres et têtes plombées et on refait le monde, tout en pêchant. En une heure, j’ai pris autant de black bass que dans tout le début de semaine !!!!

CSBI1754

IMG_6673

L’animation était très simple : lancer le worm dans une embâcle ou le skipper sous les branches, le laisser couler gentiment (surtout ne rien faire !!!!!), garder la ligne tendue et le contact car les touches peuvent être brutales comme insignifiantes. Une fois le leurre au fond, faire une simple traction lente mais ample pour le décoller puis le laisser redescendre, reprendre le contact, et ainsi de suite…. Je ferai aussi un brochet avec cette technique…

NQXD7080

Il insiste aussi sur le fait que le coup du soir est meilleur que celui du matin pour les bass, car les eaux ayant chauffé la journée, les poissons sont plus actifs au crépuscule. Ni une ni deux, j’en parle à ma petite Dame, elle m’accorde un coup du soir <3… Il n’y a pas photo, 8 poissons en à peine deux heures de temps, 19h30 / 21h30….

KERY8051

Ce fut une très belle semaine, à tout point de vue, avec les tant espérés black bass qui étaient au rendez vous. Je ne dis pas détenir la vérité pour la pêche de ce poisson, loin de là, je suis même complètement novice en la matière, mais j’espère que cet article vous donnera un petit plus quand vous aborderez la pêche de ce poisson. Une pêche fine (long bas de ligne en fluorocarbone 21 centièmes), technique, excitante car à vue de temps en temps, des combats bien sympas, des poissons jolis avec une très grande gueule même sur des petits sujets, une remise en question, un enrichissement personnel. C’était très bien de sortir des sentiers battus, c’est comme ça que l’on progresse !!!

DE430A6B-228D-4A68-B582-11F4516A40E9

Merci pour votre lecture, n’hésitez pas à visiter d’autres articles, commenter, laisser votre ressenti, et à vous abonner si vous le souhaitez !! A bientôt !!

2 commentaires sur « Mes premières pêches du black bass dans le Marais Poitevin à Coulon »

  1. Jolies photos! le coup de l’animation zéro à la descente je connaissais pas! à essayer. malheureusement du coté de Lyon, les Black ne sont pas superbement implantés dans le domaine public… dommage… En tout cas ça donne envie 😉

    J'aime

    1. Merci ! Oui c’est pareil ici dans le Finistère ici, autant dire que le black bass est inexistant, voire presque…. ça a fait du bien de changer un peu de cible et de technique pendant ces petites vacances !!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s